Conseil Supérieur d’Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement au Burkina Faso

Conseil Supérieur Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement (CSA/CD) 

Dialogue inter-religieux

Dialogue inter-religieux (5)

L’aumônerie militaire musulmane des forces armées nationales a organisé le 27 janvier 2017 à la mosquée du général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Ouagadougou une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Placée sous le haut patronage du Président du Faso, ministre de la défense nationale et des anciens combattants, et le parrainage du général de division Ali Traoré, cette cérémonie vise à maximiser les chances de ripostes et de victoires des forces de défense et de sécurité face à la situation sécuritaire qui menace le pays.

Les attentats perpétués un peu partout au Burkina Faso en 2016 ont fait de cette année, une année de dure épreuve pour le peuple Burkinabè. « L’esprit du mal gagne de plus en plus du terrain et ronge dangereusement les fondements de notre société », a indiqué le Cheick Boukary Compaoré,   3 Aumonier musulmanaumônier militaire principal musulman avant de signifier que « même Iblis Satan le lapidé pâlirait de jalousie face à l’exploit que notre époque réalise en terme de Barbarie et de bestialité. Pour lui, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, ses slogans ou par son appartenance à tel ou tel courant religieux, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu ; qu’elles soient humaines animales ou végétales. D’où la nécessité d’un sursaut de solidarité et de patriotisme par l’organisation d’une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Une cérémonie qui a été ponctuée par l’observation d’un jour de jeûne et de lecture coranique le 26 janvier 2017 ; et le tout couronné par des invocations ou do’as le 27 janvier 2017. « Il faut mettre à profit la solidarité, la fraternité qui a toujours été le socle de notre existence commune. Rassemblés ici pour des prières pour l’ensemble de nos compatriotes, nous sommes tous frères au triples sens du terme. En tant Burkinabè, citoyens de cette nation, nous sommes tous frères ; en tant que militaires, lorsque nous parlons de frères d’armes ; et en tant que musulmans, par le biais de la fraternité religieuse enseignée par les écritures saintes », a laissé entendre le représentant du Président du Faso, le colonel major Alassane Moné,  Photo UNE secrétaire général du ministère en charge de la défense nationale et des anciens combattants.

Défendre la patrie

A l’en croire, les intérêts supérieurs de la nation doit constituer la priorité de toutes et de tous, d’où l’importance de s’unir pour défendre la patrie contre toute forme d’agression.  Pour le parrain, le général de division Ali Traoré, « quand on connait le contexte dans lequel se trouvent notre pays et l’ensemble de la sous-région il faut s’unir pour prier afin que la main d’Allah soit notre bouclier contre les ennemis du peuple ». Quant au nouveau chef d’état-major général des armées présent à cette cérémonie, le général de Brigade Oumarou Sadou il a expliqué que face à la situation sécuritaire qui menace le pays toutes les bénédictions seront les bienvenues. « Nous apprécions véritablement la dimension spirituelle de l’appui de nos forces armées par les aumôneries militaires musulmanes, catholiques et protestantes qui ont élaboré un programme de prière non seulement pour nos forces armées, mais aussi pour la nation », a-t-il relevé. Le représentant de l’Archevêque de Ouagadougou a souhaité que le danger du terrorisme puisse s’éloigner et que les populations puissent vivre davantage dans la paix. « Je souhaite à toutes et à tous une bonne année 2017, et que nos différentes formes de fraternités se renforcent », a conclu le colonel major Alassane Moné, représentant du Président du Faso.

Hamadi BARO

Légendes

1-      Officiers, sous-officiers, militaires de rang et paramilitaires ont prié pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes, et pour la paix au Burkina Faso 1 (Ph. Le Pays)

2-      Pour le Cheick Boukary Compaoré, aumônier militaire principal musulman, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu (Ph. Le Pays)

3-      Une photo de famille des officiels pour la postérité  2 (Ph. Le Pays)

Encadré

Union avec notre armée

Le Président du Faso, par le biais de son secrétaire général, a souligné que lorsque les questions de sécurité et de défense ne sont plus assurer, l’ensemble de la communauté va s’effondre. Pour cela elles ne peuvent plus être l’affaire seulement des seuls militaires, des seuls gendarmes ou des seuls policiers. Il s’agit d’une responsabilité citoyenne. « Je voudrais demander à monsieur l’aumônier d’inviter l’ensemble des de notre communauté à s’unir avec notre armée dans les missions qui nous sont confiés ; à considérer que le devoir de défense de la patrie incombe à toute croyance ; à redoubler de ferveur dans la prière pour la paix au Burkina Faso ; à porter assistance et en permanence aux forces de défense et de sécurité ; à se démarquer et à dénoncer toute pratique pouvant fragiliser la paix sociale. Je souhaite que nos différentes formes de fraternités se renforcent. Puisse Allah placer notre nation sous sa divine protection », a-t-il souhaité.

L’aumônerie militaire musulmane des forces armées nationales a organisé le 27 janvier 2017 à la mosquée du général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Ouagadougou une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Placée sous le haut patronage du Président du Faso, ministre de la défense nationale et des anciens combattants, et le parrainage du général de division Ali Traoré, cette cérémonie vise à maximiser les chances de ripostes et de victoires des forces de défense et de sécurité face à la situation sécuritaire qui menace le pays.

Les attentats perpétués un peu partout au Burkina Faso en 2016 ont fait de cette année, une année de dure épreuve pour le peuple Burkinabè. « L’esprit du mal gagne de plus en plus du terrain et ronge dangereusement les fondements de notre société », a indiqué le Cheick Boukary Compaoré,   3 Aumonier musulmanaumônier militaire principal musulman avant de signifier que « même Iblis Satan le lapidé pâlirait de jalousie face à l’exploit que notre époque réalise en terme de Barbarie et de bestialité. Pour lui, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, ses slogans ou par son appartenance à tel ou tel courant religieux, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu ; qu’elles soient humaines animales ou végétales. D’où la nécessité d’un sursaut de solidarité et de patriotisme par l’organisation d’une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Une cérémonie qui a été ponctuée par l’observation d’un jour de jeûne et de lecture coranique le 26 janvier 2017 ; et le tout couronné par des invocations ou do’as le 27 janvier 2017. « Il faut mettre à profit la solidarité, la fraternité qui a toujours été le socle de notre existence commune. Rassemblés ici pour des prières pour l’ensemble de nos compatriotes, nous sommes tous frères au triples sens du terme. En tant Burkinabè, citoyens de cette nation, nous sommes tous frères ; en tant que militaires, lorsque nous parlons de frères d’armes ; et en tant que musulmans, par le biais de la fraternité religieuse enseignée par les écritures saintes », a laissé entendre le représentant du Président du Faso, le colonel major Alassane Moné,  Photo UNE secrétaire général du ministère en charge de la défense nationale et des anciens combattants.

Défendre la patrie

A l’en croire, les intérêts supérieurs de la nation doit constituer la priorité de toutes et de tous, d’où l’importance de s’unir pour défendre la patrie contre toute forme d’agression.  Pour le parrain, le général de division Ali Traoré, « quand on connait le contexte dans lequel se trouvent notre pays et l’ensemble de la sous-région il faut s’unir pour prier afin que la main d’Allah soit notre bouclier contre les ennemis du peuple ». Quant au nouveau chef d’état-major général des armées présent à cette cérémonie, le général de Brigade Oumarou Sadou il a expliqué que face à la situation sécuritaire qui menace le pays toutes les bénédictions seront les bienvenues. « Nous apprécions véritablement la dimension spirituelle de l’appui de nos forces armées par les aumôneries militaires musulmanes, catholiques et protestantes qui ont élaboré un programme de prière non seulement pour nos forces armées, mais aussi pour la nation », a-t-il relevé. Le représentant de l’Archevêque de Ouagadougou a souhaité que le danger du terrorisme puisse s’éloigner et que les populations puissent vivre davantage dans la paix. « Je souhaite à toutes et à tous une bonne année 2017, et que nos différentes formes de fraternités se renforcent », a conclu le colonel major Alassane Moné, représentant du Président du Faso.

Hamadi BARO

Légendes

1-      Officiers, sous-officiers, militaires de rang et paramilitaires ont prié pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes, et pour la paix au Burkina Faso 1 (Ph. Le Pays)

2-      Pour le Cheick Boukary Compaoré, aumônier militaire principal musulman, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu (Ph. Le Pays)

3-      Une photo de famille des officiels pour la postérité  2 (Ph. Le Pays)

Encadré

Union avec notre armée

Le Président du Faso, par le biais de son secrétaire général, a souligné que lorsque les questions de sécurité et de défense ne sont plus assurer, l’ensemble de la communauté va s’effondre. Pour cela elles ne peuvent plus être l’affaire seulement des seuls militaires, des seuls gendarmes ou des seuls policiers. Il s’agit d’une responsabilité citoyenne. « Je voudrais demander à monsieur l’aumônier d’inviter l’ensemble des de notre communauté à s’unir avec notre armée dans les missions qui nous sont confiés ; à considérer que le devoir de défense de la patrie incombe à toute croyance ; à redoubler de ferveur dans la prière pour la paix au Burkina Faso ; à porter assistance et en permanence aux forces de défense et de sécurité ; à se démarquer et à dénoncer toute pratique pouvant fragiliser la paix sociale. Je souhaite que nos différentes formes de fraternités se renforcent. Puisse Allah placer notre nation sous sa divine protection », a-t-il souhaité.

Selon un hadith prophétique, les meilleures dames de l’humanité sont au nombre de quatre (4) Khadîdja(AS) l’épouse du prophète (PSLF), la fille de Mouhammad (PSL), Mariam (AS),  la mère de Issa ou Jésus (PSL) et Assia (AS)  l’épouse de Pharaon (Ramsès II). Elles sont des habitantes du Paradis. En attendant de revenir sur elles en détail, nous vous proposons une brève présentation de ces 4 grandes dames -modèles

 Fatimah Zahra (AS) image fatima

selon la tradition de l'islam, était la fille chérie du prophète Mouhammad (PSLF), qui l'a appelée la « Reine des femmes du Paradis ».  Il a déclaré, au sujet d’elle, ceci : « Fatimah Zahra(AS) est une partie de moi, et celui qui met Fatima Zahra AS en colère, c'est moi qu'il met en colère ». Elle fait aussi, partie des Ahl ul Bayt (AS), ou la famille du Prophète (PSLF). Elle a épousé Ali(AS), cousin du prophète Mouhammad (PSLF) et futurquatrième califebien guidédes Sunnites. Elle a quitté ce monde, six mois après Mohammad (PSL). Les chiites imamites commémorent le deuil de Fatimah Zahra (AS) martyre,  pendant 20 jours chaque année.

image kadidja 1Quant à Khadîdja (AS), l'épouse du prophète Mouhammad (PSLF), elle est la première femme de cette communauté à croire à Allah et son messager. Le prophète (PSLF) l'a épousée à La Mecque,  quand il avait 25 ans et il est resté avec elle jusqu'à ce qu'Allah l'ait honorée avec son message.  Elle avait l'habitude de consoler le prophète (PSLF) d'Allah, de l'affermir, de le calmer, et dépensait sa richesse pour lui.

image de vierge marieMariam (AS) est aussi honorée dans l'islam. L'islam et le christianisme professent tous deux,  la conception virginale de Jésus/Issa (AS) dans son sein. Elle est la seule femme nommément citée dans le Coran, et la dix-neuvième sourateporte son nom (Mariam). Elle est d'ailleurs citée plus souvent dans le Coran que dans le Nouveau Testament, bien qu'elle ait plus d'importance dans le christianisme que dans l'islam. Le prénom Mariam est courantparmi les musulmanes. La naissance de Mariam est relatée dans la troisième sourate du Coran. 

image assiaQuand  Pharaon demanda à Assia (AS) sa femme,  si elle   aussi,  a été atteinte du démon de Moïse,   elle se retourna vers lui et lui dit Non,  « ce n'est pas un démon qui m'a touchée, mais la grâce de Dieu Tout-Puissant auquel je crois, ton Dieu et celui de tous les soldats et de tes ministres. C'est Allah, Dieu de tous les hommes ».  Les soldats de Pharaon se mirent à la frapper avec leurs fouets, lui arrachant de la bouche des cris de douleur, mais pas la foi incrustée dans son cœur. Assia supportait les coups et ne cessait de demander à son Seigneur, le Seigneur de l'Univers : « Mon Seigneur ! Construis-moi, auprès de Toi, une maison au Paradis, Sauve-moi de Pharaon et de son œuvre ! Sauve-moi du peuple injuste ! » (Coran chapitre 66. Verset 11).

Synthèse de Wakiyatou KOBRE

SOURCE :

/islammedia.free.fr/Pages/femme-assya.html, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatima_Zahrahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Maryam et https://fr.wikipedia.org/wiki/Khadija_bint_Khuwaylid

 

Wednesday, 04 January 2017 10:44

FETE DE LA NATIVITE: Jésus, messager de Dieu

Written by

 

image noel

Jésus (Issa) fait partie des 5 grands prophètes ou messagers envoyés par Dieu pour guider l’humanité de l’obscurité vers la lumière. L’islam, le purifie de toutes considérations ou appellations autres que  le statut de prophète ou de messager. Jésus, l’un des prophètes les plus estimés de Dieu, est né d’une mère, (Marie ou Mariam), sans rapport charnel. Avec cette naissance miraculeuse, « jamais, il n’aurait dédaigné le statut de prophète que Dieu lui avait octroyé, car il s’agit du plus grand honneur pour un être humain » (Coran, chapitre 3: versets, 42-44).  A l’occasion de la fête de la Nativité, nos vœux les meilleurs à toutes et à tous.

Tout commence, quand la femme d’Imran dit: «Seigneur, je t’ai dédié ce qui est dans mon ventre pour être dévoué à ton service et à ton adoration.  Veuille l’accepter. Certes, Toi, et Toi seul entend tout et sait tout». Puis, lorsqu’elle eut accouché, elle dit «Seigneur! Voilà que j’ai accouché d’une fille». «Je l’ai nommée Marie et certes, je demande ta protection, pour elle et pour sa descendance, contre Satan, le banni ». (Coran chapitre 3: versets 33.-36). Et quand les anges dirent: «  Ô Marie! Dieu t’annonce la bonne nouvelle d’une Parole de sa part. Son nom sera le Messie, Jésus, fils de Marie, illustres en ce monde comme dans l’Au- de-là et l’un des rapprochés  (de Dieu). Il parlera aux gens dès le berceau et en 4 ans son âge mûr, il sera du nombre des vertueux ». Jésus (PSL) est un signe de la puissance de Dieu, Dieu ayant démontré aux gens qu’Il pouvait le créer sans père, comme Il avait créé Adam (PSL), sans parents. C’est là que Marie (PSL)  donna naissance à Jésus (PSL). Jésus (PSL)  vint avec les preuves (du pouvoir suprême de Dieu),  et il dit : «Je suis venu à vous avec la sagesse et je viens vous expliquer certains points qui vous divisent. Alors observez vos devoirs envers Dieu Toute chose et tout personne en dehors de Dieu est un adorateur (ou une adoratrice) et un serviteur de Dieu ». Et en fait, jamais il n’aurait dédaigné le statut de prophète que Dieu lui avait octroyé, car il s’agit du plus grand honneur pour un être humain. (Coran chapitre 3: versets 42-44). Jésus (PSL) est aussi un signe que Dieu est parfaitement capable de ressusciter tous les hommes après leur mort, puisque celui qui crée, à partir du néant, peut très bien ramener à la vie. Si sa naissance miraculeuse devait faire de lui un être divin, alors Adam(PSL) aurait bien plus mérité ce titre, puisqu’il est né sans parents, tandis que Jésus(Psl) avait une mère. Le plus grand honneur qui puisse être accordé par Dieu, à un être humain, est le statut de prophète, et Jésus (PSL) est l’un des cinq prophètes les plus estimés (voir Coran, chapitre 33: verset 7 et chapitre 42: verset 13). «  Jésus (PSL) n’était qu’un serviteur que nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemple aux enfants d’Israël ». (Coran  chapitre 43: verset 59).  Mais par la suite, diverses sectes se formèrent et se disputèrent à son sujet.

Synthèse de Wakiyatou KOBRE

Sources : www.les7duquebec.com/7...2.../jesus-dans-le-coran-i-la-naissance-de-isa-ibn-maryam/ et  www.al-injil-fr.net/

Wednesday, 23 November 2016 19:08

Terrorisme : L’hydre qui nuit à l’islam

Written by

Depuis l’enlèvement du Roumain Lulian Ghergut en avril 2015, le Burkina Faso s’est progressivement installé dans le lot des pays cibles des groupes terroristes. En effet, après ce premier acte terroriste du groupe Al Mourabitoune de Bel Moctar, d’autres attaques et enlèvements se sont ajoutés dont la plus spectaculaire est l’attaque du 15 janvier 2016 sur l’avenue Kwamé N’Krumah. On peut également noter l’attaque de Samoroguan perpétrée le 9 octobre 2015 et les nombreuses attaques des postes des forces de défense et de sécurité dans le Nord. Ces actes de terreur semés au Burkina comme dans bien d’autres pays sont l’œuvre d’individus se réclamant de l’Islam et affirmant le faire au nom de cette religion qui pourtant prône la paix comme l’indique d’ailleurs son nom : Islam dérive de salam (la paix). 

Vidéo

You are here: Home Dialogue inter religieux