Conseil Supérieur d’Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement au Burkina Faso

Conseil Supérieur Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement (CSA/CD) 

Actualités
Kobre Wakiayatou

Kobre Wakiayatou

Les psychologues sont d’avis que l’affection des parents envers les enfants laisse des traces importantes dans la vie de l’enfant. Il a confiance en lui et est sociable envers les autres. Toutes les formes de craintes et d’angoisse se dissipent. Par contre le mauvais comportement envers les enfants, le manque d’attention porté à la personnalité des enfants sont entre autres sources de dérapage dans leur éducation. 1 eleve

Les maux tels que le mauvais comportement envers les enfants, la rigueur non fondée et des craintes inutiles sont entre autres des causes de dérèglement mental chez les enfants. Le manque d’attention porté à la personnalité des enfants est aussi source de dérapage dans leur éducation. Il est rapporté que le prophète (Pslf) passait la main sur la tête de sa fille et de ses petits-enfants chaque matin. C’est une attitude que les enfants apprécient beaucoup. Un enfant motivé par un tel geste de la part des parents trouve la sérénité, la sécurité, et l’espoir. Il réalise qu’il a sa place dans la maison et qu’il occupe une place de choix. Les psychologues sont d’avis que l’affection des parents envers les enfants laisse des traces importantes dans la vie de l’enfant. Il a confiance en lui et est sociable envers les autres. Toutes les formes de craintes et d’angoisse se dissipent.

Prévenir vaut mieux que guérir

La négligence et le manque de sérieux des parents dans l’éducation sont à la base des problèmes de déréglage et de comportements déplacés des enfants. Le messager de l’islam affirme : «Que Dieu soit miséricordieux envers ceux qui aident leurs enfants à avoir de bons comportements ». On a demandé au prophète (Pslf) comment ?, il a répondu : qu’ils apprécient ce que l’enfant a fait dans la mesure de ses forces ; qu’ils ne veulent pas de lui quelque chose dont il n’a pas la capacité ; qu’ils évitent de le conduire au pêché ; qu’ils ne lui mentent pas et évitent de jouer les malins vis-à-vis de lui ou en face de lui ». Les parents doivent eux aussi établir un programme d’éducation en fonction des attentes qu’ils ont des enfants afin de pouvoir déterminer leurs responsabilités.

La vie scolaire 2 élève

Si l’organisation de l’école est bâtie sur des règles éducatives adéquates, l’élève va acquérir un nouveau caractère suite à l’obéissance à cette organisation. Par exemple les élèves doivent sentir que dans le système scolaire les lois, le pouvoir et le corps social répriment les transgresseurs et que d’une part la partie lésée est protégée par ces institutions et d’autre part il n’est nullement nécessaire de se rendre justice. Ces pratiques scolaires éduquent l’enfant au respect des lois et au sentiment de justice.  L’organisation scolaire doit amener l’enfant à s’habituer à la ponctualité, à la discipline, à acquérir le sens de responsabilité, etc.
Elle doit également faire grandir chez l’élève l’attention à la propreté, le respect de l’ordre, le refus d’ingérence dans les affaires d’autrui, le rayonnement de la vie collective, etc.

 Rassemblés par Hamadi BARO

Source :

1-       Les principes de l‘éducation de l’enfance musulmane, de la fondation al Balagh

2-       Cheikh Mohammad Taqi FALSAFI, www.alhassanain.com

3-       Ishaq Bawi, Les étapes de la croissance, Téhéran, 1370www.tebyan.net

L’aumônerie militaire musulmane des forces armées nationales a organisé le 27 janvier 2017 à la mosquée du général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Ouagadougou une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Placée sous le haut patronage du Président du Faso, ministre de la défense nationale et des anciens combattants, et le parrainage du général de division Ali Traoré, cette cérémonie vise à maximiser les chances de ripostes et de victoires des forces de défense et de sécurité face à la situation sécuritaire qui menace le pays.

Les attentats perpétués un peu partout au Burkina Faso en 2016 ont fait de cette année, une année de dure épreuve pour le peuple Burkinabè. « L’esprit du mal gagne de plus en plus du terrain et ronge dangereusement les fondements de notre société », a indiqué le Cheick Boukary Compaoré,   3 Aumonier musulmanaumônier militaire principal musulman avant de signifier que « même Iblis Satan le lapidé pâlirait de jalousie face à l’exploit que notre époque réalise en terme de Barbarie et de bestialité. Pour lui, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, ses slogans ou par son appartenance à tel ou tel courant religieux, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu ; qu’elles soient humaines animales ou végétales. D’où la nécessité d’un sursaut de solidarité et de patriotisme par l’organisation d’une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Une cérémonie qui a été ponctuée par l’observation d’un jour de jeûne et de lecture coranique le 26 janvier 2017 ; et le tout couronné par des invocations ou do’as le 27 janvier 2017. « Il faut mettre à profit la solidarité, la fraternité qui a toujours été le socle de notre existence commune. Rassemblés ici pour des prières pour l’ensemble de nos compatriotes, nous sommes tous frères au triples sens du terme. En tant Burkinabè, citoyens de cette nation, nous sommes tous frères ; en tant que militaires, lorsque nous parlons de frères d’armes ; et en tant que musulmans, par le biais de la fraternité religieuse enseignée par les écritures saintes », a laissé entendre le représentant du Président du Faso, le colonel major Alassane Moné,  Photo UNE secrétaire général du ministère en charge de la défense nationale et des anciens combattants.

Défendre la patrie

A l’en croire, les intérêts supérieurs de la nation doit constituer la priorité de toutes et de tous, d’où l’importance de s’unir pour défendre la patrie contre toute forme d’agression.  Pour le parrain, le général de division Ali Traoré, « quand on connait le contexte dans lequel se trouvent notre pays et l’ensemble de la sous-région il faut s’unir pour prier afin que la main d’Allah soit notre bouclier contre les ennemis du peuple ». Quant au nouveau chef d’état-major général des armées présent à cette cérémonie, le général de Brigade Oumarou Sadou il a expliqué que face à la situation sécuritaire qui menace le pays toutes les bénédictions seront les bienvenues. « Nous apprécions véritablement la dimension spirituelle de l’appui de nos forces armées par les aumôneries militaires musulmanes, catholiques et protestantes qui ont élaboré un programme de prière non seulement pour nos forces armées, mais aussi pour la nation », a-t-il relevé. Le représentant de l’Archevêque de Ouagadougou a souhaité que le danger du terrorisme puisse s’éloigner et que les populations puissent vivre davantage dans la paix. « Je souhaite à toutes et à tous une bonne année 2017, et que nos différentes formes de fraternités se renforcent », a conclu le colonel major Alassane Moné, représentant du Président du Faso.

Hamadi BARO

Légendes

1-      Officiers, sous-officiers, militaires de rang et paramilitaires ont prié pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes, et pour la paix au Burkina Faso 1 (Ph. Le Pays)

2-      Pour le Cheick Boukary Compaoré, aumônier militaire principal musulman, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu (Ph. Le Pays)

3-      Une photo de famille des officiels pour la postérité  2 (Ph. Le Pays)

Encadré

Union avec notre armée

Le Président du Faso, par le biais de son secrétaire général, a souligné que lorsque les questions de sécurité et de défense ne sont plus assurer, l’ensemble de la communauté va s’effondre. Pour cela elles ne peuvent plus être l’affaire seulement des seuls militaires, des seuls gendarmes ou des seuls policiers. Il s’agit d’une responsabilité citoyenne. « Je voudrais demander à monsieur l’aumônier d’inviter l’ensemble des de notre communauté à s’unir avec notre armée dans les missions qui nous sont confiés ; à considérer que le devoir de défense de la patrie incombe à toute croyance ; à redoubler de ferveur dans la prière pour la paix au Burkina Faso ; à porter assistance et en permanence aux forces de défense et de sécurité ; à se démarquer et à dénoncer toute pratique pouvant fragiliser la paix sociale. Je souhaite que nos différentes formes de fraternités se renforcent. Puisse Allah placer notre nation sous sa divine protection », a-t-il souhaité.

L’aumônerie militaire musulmane des forces armées nationales a organisé le 27 janvier 2017 à la mosquée du général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Ouagadougou une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Placée sous le haut patronage du Président du Faso, ministre de la défense nationale et des anciens combattants, et le parrainage du général de division Ali Traoré, cette cérémonie vise à maximiser les chances de ripostes et de victoires des forces de défense et de sécurité face à la situation sécuritaire qui menace le pays.

Les attentats perpétués un peu partout au Burkina Faso en 2016 ont fait de cette année, une année de dure épreuve pour le peuple Burkinabè. « L’esprit du mal gagne de plus en plus du terrain et ronge dangereusement les fondements de notre société », a indiqué le Cheick Boukary Compaoré,   3 Aumonier musulmanaumônier militaire principal musulman avant de signifier que « même Iblis Satan le lapidé pâlirait de jalousie face à l’exploit que notre époque réalise en terme de Barbarie et de bestialité. Pour lui, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, ses slogans ou par son appartenance à tel ou tel courant religieux, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu ; qu’elles soient humaines animales ou végétales. D’où la nécessité d’un sursaut de solidarité et de patriotisme par l’organisation d’une cérémonie de prière pour les forces de défense et de sécurité et pour la nation. Une cérémonie qui a été ponctuée par l’observation d’un jour de jeûne et de lecture coranique le 26 janvier 2017 ; et le tout couronné par des invocations ou do’as le 27 janvier 2017. « Il faut mettre à profit la solidarité, la fraternité qui a toujours été le socle de notre existence commune. Rassemblés ici pour des prières pour l’ensemble de nos compatriotes, nous sommes tous frères au triples sens du terme. En tant Burkinabè, citoyens de cette nation, nous sommes tous frères ; en tant que militaires, lorsque nous parlons de frères d’armes ; et en tant que musulmans, par le biais de la fraternité religieuse enseignée par les écritures saintes », a laissé entendre le représentant du Président du Faso, le colonel major Alassane Moné,  Photo UNE secrétaire général du ministère en charge de la défense nationale et des anciens combattants.

Défendre la patrie

A l’en croire, les intérêts supérieurs de la nation doit constituer la priorité de toutes et de tous, d’où l’importance de s’unir pour défendre la patrie contre toute forme d’agression.  Pour le parrain, le général de division Ali Traoré, « quand on connait le contexte dans lequel se trouvent notre pays et l’ensemble de la sous-région il faut s’unir pour prier afin que la main d’Allah soit notre bouclier contre les ennemis du peuple ». Quant au nouveau chef d’état-major général des armées présent à cette cérémonie, le général de Brigade Oumarou Sadou il a expliqué que face à la situation sécuritaire qui menace le pays toutes les bénédictions seront les bienvenues. « Nous apprécions véritablement la dimension spirituelle de l’appui de nos forces armées par les aumôneries militaires musulmanes, catholiques et protestantes qui ont élaboré un programme de prière non seulement pour nos forces armées, mais aussi pour la nation », a-t-il relevé. Le représentant de l’Archevêque de Ouagadougou a souhaité que le danger du terrorisme puisse s’éloigner et que les populations puissent vivre davantage dans la paix. « Je souhaite à toutes et à tous une bonne année 2017, et que nos différentes formes de fraternités se renforcent », a conclu le colonel major Alassane Moné, représentant du Président du Faso.

Hamadi BARO

Légendes

1-      Officiers, sous-officiers, militaires de rang et paramilitaires ont prié pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes, et pour la paix au Burkina Faso 1 (Ph. Le Pays)

2-      Pour le Cheick Boukary Compaoré, aumônier militaire principal musulman, le degré de foi d’une personne ne se mesure pas par son habillement, mais par son savoir vivre avec toutes les créatures de Dieu (Ph. Le Pays)

3-      Une photo de famille des officiels pour la postérité  2 (Ph. Le Pays)

Encadré

Union avec notre armée

Le Président du Faso, par le biais de son secrétaire général, a souligné que lorsque les questions de sécurité et de défense ne sont plus assurer, l’ensemble de la communauté va s’effondre. Pour cela elles ne peuvent plus être l’affaire seulement des seuls militaires, des seuls gendarmes ou des seuls policiers. Il s’agit d’une responsabilité citoyenne. « Je voudrais demander à monsieur l’aumônier d’inviter l’ensemble des de notre communauté à s’unir avec notre armée dans les missions qui nous sont confiés ; à considérer que le devoir de défense de la patrie incombe à toute croyance ; à redoubler de ferveur dans la prière pour la paix au Burkina Faso ; à porter assistance et en permanence aux forces de défense et de sécurité ; à se démarquer et à dénoncer toute pratique pouvant fragiliser la paix sociale. Je souhaite que nos différentes formes de fraternités se renforcent. Puisse Allah placer notre nation sous sa divine protection », a-t-il souhaité.

Page 1 of 5

Vidéo

Nos Partenaires et Associations soeurs

arton50 faib  images  images 1  images 2

Droit musulman

Dogme musulman

Famille musulmane

Spiritualité

Image de doa

 

Lire Plus sur la Spiritualité

You are here: Home Kobre Wakiayatou