Conseil Supérieur d’Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement au Burkina Faso

Conseil Supérieur Ahl-ul Bayt pour la Culture et le Développement (CSA/CD) 

Actualités

1 sinus sinusite accueil1

La période actuelle au Burkina Faso est marquée par une fraicheur climatique qui augmente de plus en plus d’intensité. Cette période est favorable à la propagation de certaines maladies comme le rhume du nom de cette affection qui touche les voies respiratoires supérieures et en particulier le nez (muqueuses nasales). Afin de vous permettre de prévenir le rhume en cette période où elle est d’actualité, nous avons identifié, via internet, des conseils qui vous seront utiles. 

D’une manière générale, le rhume se manifeste par plusieurs symptômes. Ainsi, dès le début de la maladie, l’écoulement nasal est liquide et limpide avant de devenir au bout de quelques jours, plus épais et purulent. A ce moment précis, le nez se bouche et le rhume peut être associé à des éternuements ou à d’autres symptômes typiques du refroidissement (douleur, fièvre, brûlure dans le nez, maux de gorge). Pour prévenir le rhume, infection très contagieuse qui se propage par les éternuements, latouxou parfois même lors d’une poignée de main, il est conseillé de :

  • Ne pas toucher son nez, ni son visage avec ses mains

Il est vivement conseillé de s’essuyer le nez avec un mouchoir, d’éternuer ou de tousser dans un mouchoir pour éloigner les germes qui restent sur les mains. Et on le sait, les virus de la grippe, du rhume et des refroidissements s’introduisent dans votre organisme par l’intermédiaire des yeux, du nez et de la bouche. En touchant ces parties la plupart des gens et notamment les enfants, transmettent ces germes à leur entourage.

  • Boire beaucoup de liquide (eau)

L’eau nettoie l’organisme, dit l’adage. Ainsi, boire beaucoup d’eau (1, 5 litre par jour) permet d’éliminer les poisons, bactéries et autres virus et vous réhydrate. Avec de l’eau, on dilue les germes et cela permet une élimination plus rapide.

  • Respirer de l’air frais et pratiquer le sport

Cela peut paraître paradoxal mais l’air frais permet d’améliorer la résistance au froid. L’organisme est plus vulnérable lorsqu’il est au froid. Quant à la pratique régulière du sport, elle contribue à développer le système immunitaire (le système de défense) qui permet de lutter plus efficacement contre les agresseurs (virus et bactéries).

  • Consommer des fruits, légumes et boire du yaourt

Dans les fruits et légumes, on trouve des molécules naturelles, appelées « phytos ». Ces « phytos » sont par exemple les vitamines, les carotènes,.. qui contribuent à renforcer les défenses du corps humain. Quant au fait de boire au moins une fois par jour du yaourt, des études ont montré qu’il permet de réduire de 25% la probabilité d’avoir un refroidissement ou un rhume. On pense que les bactéries présentes dans le yaourt pourraient stimuler le système immunitaire (de défense).

  • Cesser de fumer

On ne cessera de rappeler que fumer nuit gravement à la santé. En fumant, on paralyse les cils du nez. Moins de germes sont retenus et le corps s’en trouve alors fragilisé. Les experts pensent que fumer une cigarette pourrait paralyser les cils pendant 30 à 40 minutes.

  • La consommation d’alcool

Une consommation d’alcool détruit, à petit feu le foie qui est l’un des principaux organes de purification des germes. De plus, l’alcool provoque une déshydratation du corps qui est contraire à la prévention et au traitement d’une grippe.

  • Se relaxer régulièrement

La relaxation est très importante car des études ont montré qu’en se relaxant, on peut activer le système immunitaire à la demande. En fait, les interleukines, molécules importantes dans le système de défense contre les virus de la grippe et des refroidissements, augmentent dans la circulation sanguine. Elles augmentent  alors les « défenses » de l’Homme.

  • Se laver les mains :

La plupart des rhumes, des refroidissements et des grippes se répandent par un contact direct. Par exemple une personne qui est malade et qui se mouche aura des virus sur ses mains, ces derniers pourront se déposer sur un téléphone, un clavier ou une vitre. Les germes peuvent vivre des heures. Alors lavez-vous les mains souvent ou à défaut, frottez-vous les mains très fort et pendant au moins 1 minute. Cela permet de détruire les germes qui facilitent la transmission de la maladie.

2 lavage main1 270x200

 

Somme toute, plusieurs dispositions existent pour prévenir le rhume. Il est donc important de les appliquer car il n’existe pas de vaccins contre le rhume. Toutefois, on peut soigner le rhume avec différents traitements comme des vasoconstricteurs locaux (en spray, goutte), des antihistaminiques ou des vasoconstricteurs en prise orale. Des solutions salines (eau physiologique) ont aussi un effet thérapeutique et préventif très intéressant (y compris contre la sinusite). Des plantes médicinales comme le thym (en tisane, inhalation, huile essentielle), le sureau ou l’eucalyptus peuvent compléter la thérapie.

Synthèse de Saϊdou Zoromé (source : https://www.creapharma.ch/rhume.htm).

1

L’Assemblée générale de l’Association Islamique d’Al Fitya pour le Développement et la Solidarité s’est tenue, le dimanche 25 décembre 2016, à Ouagadougou. Cette rencontre a permis d’élire un bureau exécutif pour une période de 3 ans.

L’Association Islamique d’Al Fitya pour le Développement et la Solidarité dispose d’un nouveau bureau exécutif. Ce bureau qui est composé de 16 membres a été mis en place à l’issue de son Assemblée générale tenue le 25 décembre dernier dans la capitale burkinabè. Il est présidé par Ahmad Souleymane Kindo qui conduira les destinées de ladite association pour un mandat de 3 ans. Aussitôt après leur élection, les membres de l’association ont pris fonction afin de se mettre vite au travail pour relever le défi des missions à eux confiées. Ils ont pris l’engagement de continuer à la promotion du mouvement Ahlul Bayt et au rayonnement de l’islam en général. Le nouveau bureau compte également œuvrer pour raffermir les relations entre les membres ainsi qu’avec les Cheicks avec lesquels ils se sont engagés à entretenir de bonnes relations.  En clair, les membres du bureau exécutif sont déterminés à travailler la main dans la main pour l’atteinte des objectifs de l’Association Islamique d’Al Fitya pour le Développement et la Solidarité. Outre le Burkina Faso, cette association créée en 2000 par des  anciens élèves franco-arabes de l’école Merdersa Khatamoul Anbiya a des sections en  Syrie, au Liban et Iran.

Saïdou ZOROME

2

Voici la composition du nouveau bureau exécutif

Nه Fonctions Nom et Prénom (s)
1 Président KINDO Ahmad Souleymane
2 Vice-Président TARNAGDA Kassim
3 Secrétaire Général  KINDO Assimy
4 Secrétaire Général Adjoint  KABRE Bassirou
5 Trésorier Général DABARE Lassane
6 Trésorier Général Adjoint  TANOU Irahim
7 Responsable Chargé des Relations extérieurs SORE Ousmane
8 Responsable Adjoint  Chargé des Relations extérieurs COMPAORE Ahmad
9 Responsable Chargé de l’Information et de l’Organisation KINDO Ahmad Malik
10 1er Adjoint      Responsable Chargé de l’Information et de l’Organisation TRAORE Adama
11 2em Adjoint    Responsable Chargé de l’Information et de l’Organisation SANA Adama
12 3em Adjoint    Responsable Chargé de l’Information et de l’Organisation OUEDRAOGO Ismail
13 Responsable Chargé la Théologie et de la Culture TAPSOBA Moussa
14 Responsable Adjoint  Chargé la Théologie et de la Culture OUEDRAOGO Moumouni

Retrait du projet de loi sur les libertés religieuses : les enseignements à tirer de la démarche exemplaire de la FAIB

L’islam est une religion de paix par essence et par excellence. Cette conviction guide justement les actions des fidèles musulmans au Burkina Faso qui vivent en parfaite harmonie avec leurs frères et sœurs chrétiens, animistes, etc. Cette cohabitation pacifique mérite constamment d’être sauvegardée au nom de l’intérêt supérieur de tous. Elle est favorisée par le dialogue constructif, la tolérance, la fraternité, la solidarité entre les Burkinabè qui demeurent convaincus qu’ils sont, avant tout, des frères et sœurs.

La préservation de ces valeurs cardinales doit constituer une préoccupation pour tous. En d’autres termes, tout le monde dit apporter « sa pierre à la construction » du pays en privilégiant toujours dans ses actions au quotidien, la voie du dialogue, de la concertation. C’est en cela qu’il faut apprécier, de façon positive, la démarche de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (FAIB) auprès des autorités pour obtenir le retrait du « projet de loi sur les libertés religieuses du Burkina Faso ». Ce projet avait suscité, on se souvient, de vives polémiques au sein de l’opinion publique après son adoption en conseils des ministres du 28 décembre 2016. Les intellectuels musulmans en particulier se sont rendus à l’évidence que certains articles du projet posaient visiblement problème. Dès lors, ils ont décidé, après des concertations à l’interne, de saisir les autorités compétentes pour faire part de leurs préoccupations dont ils le droit et le devoir d’exprimer. Dans cette perspective, les représentants des associations islamiques ont rencontré en l’espace d’une semaine, le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieur, Simon Compaoré à son cabinet et le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré au palais de Kosyam.

Et le moins que l’on puisse dire est que les échanges avec les autorités ont été concluants car dans la foulée, le projet de loi a été retiré de façon provisoire. On est même tenté de croire que le gouvernement a entendu le cri de cœur de la FAIB qui, faut-il le rappeler, a souhaité de larges concertations sur le projet. En clair, la FAIB n’a pas rejeté en blocs le projet de loi dont le but assigné selon les autorités était de mieux encadrer les libertés religieuses. Elle a exprimé son souhait de voir instaurer des concertations inclusives qui permettront de prendre en compte les préoccupations des populations, les religieux en particulier.

Cette démarche républicaine permet de tirer des enseignements. D’abord, le sens de l’anticipation ayant guidé les associations islamiques qui ont eu la lucidité nécessaire de lever tôt le lièvre, d’en parler à l’interne et auprès des autorités compétentes et ce avant l’adoption du projet de loi à l’Assemblée nationale. Cette anticipation a permis de stopper ce qui allait s’apparenter à l’arrivée du médecin après la mort. Avant que la loi ne soit adoptée, on a négocié au bon moment pour éviter que ça ne soit trop tard.

Mieux se faire comprendre

Le deuxième enseignement se situe au niveau de la démarche en elle-même qui a consisté à se déplacer auprès des autorités pour échanger face-à-face. Ce contact de proximité permet de mieux se faire comprendre, de mieux écouter l’autre et de poser des questions d’éclaircissement séance tenante pour s’assurer d’une bonne compréhension mutuelle. Il valorise l’interlocuteur qui se sent du même coup respecté, voire honoré par l’approche. Le troisième enseignement est lié à l’information donnée au public à travers le communiqué de presse. C'est-à-dire qu’en même temps que les représentants des associations islamiques se concertaient avec les autorités, elles ont publié des communiqués dans les médias pour aviser l’opinion publique sur leurs préoccupations soulevées et la démarche entreprise pour atteindre l’objectif recherché. Cela permet de couper court à la désinformation, aux rumeurs dont les conséquences sont parfois négatives.

L’autre enseignement dont on ne saurait occulter est la réaction des autorités. Celles-ci ont accepté de retirer le projet pour donner la chance à des concertations. Ce résultat obtenu montre clairement que l’on n’a pas besoin de recourir, comme on le voit malheureusement dans certains pays, à des actes d’incivisme ou de violence, de défiance vis-à-vis de l’autorité de l’Etat pour résoudre des problèmes. Le dialogue, la concertation, constituent des armes puissantes et efficaces pour lutter en faveur de la paix durable. Les associations islamiques qui ont compris cela sont à féliciter pour leur maturité d’esprit de dialogue et de tolérance qui devront guider tout le monde en tout temps et en tout lieu.

AL MAWADDA

Assia, l’épouse  du pharaon Ramsès II est considérée à travers des hadiths comme étant l’une des habitantes du Paradis. Elle mourut Martyre, après que son époux Pharaon lui ait infligé le pire des châtiments. Allah lui montra la maison qui l'attend au Paradis lorsqu’elle sentit la mort toute proche.

La femme du Pharaon  Assia, 220px The Finding of Moses (qu’Allah soit satisfait d’elle),  du temps du prophète Moïse (PSL)  avait tout d'une reine, c’est-à-dire,  un trône, un palais, elle dormait dans des lits richement décorés et était entourée d'une foule de servants et de valets, tous à son service. Mais elle était croyante et cachait à son mari, sa foi en Allah.   Elle avait envie de rencontrer son Seigneur et rentrer dans la longue liste de ces martyrs qui frappaient déjà aux portes du Paradis. Elle préférait de loin subir ce sort que de supporter plus longtemps la compagnie de son mari, mécréant. Assia fut donc emprisonnée par son époux, mais malgré toutes les intimidations, toutes les menaces que Pharaon proféra, sa foi resta inébranlable et ne faillit à aucun moment.  Assia (Allah soit satisfait d’elle) a observé  depuis ses appartements, son époux infligea une  punition à sa coiffeuse et impuissante de sauver son amie et confidente, elle ne put cependant s'empêcher de maudire son époux. Ce dernier entendit ce qu'elle disait et il comprit aussitôt que sa propre femme était l'une des fidèles de Moussa (Moïse) (Salut de Allah soit sur lui) qu'il pourchassait avec une fureur sans bornes. Comme il ne parvenait pas à faire changer d'avis sa femme, Pharaon condamna sa femme à être écartelée. Pendant qu'on lui faisait subir le supplice, la pieuse femme ne fit que maudire Pharaon et son peuple injuste qui continuait à adorer une créature de Dieu et refusait d'adorer son Créateur. 

Assya martyre

Elle lui avoua alors tout ce qu'elle cachait dans son cœur depuis si longtemps. Pharaon devint furieux et jura de lui infliger le pire des châtiments si elle ne retirait pas ses propos. Elle refusa et il ordonna alors de l'allonger sur une planche en bois, de lui attacher les mains et les pieds avec des piquets en fer et ensuite de la fouetter. On exécuta ses ordres, sous les coups de fouets et sa chair commençait à se détacher de ses os. Son état s'aggravait de minute en minute, mais elle savait que sa pénible souffrance ne serait pas éternelle. Elle sentit alors la mort toute proche et  leva les yeux vers le ciel et dit: "Seigneur, construis-moi auprès toi une maison dans le paradis, et sauve-moi de pharaon et de son œuvre, et sauve-moi des gens injustes." Les portes du ciel s'ouvrirent sur sa requête. « Allah, Exalté soit-il, lui montra la maison qui l'attendait au paradis et  elle sourit à cette image ». Avant de mourir, elle se tourna vers Allah pour adresser une dernière prière  « Seigneur ! Construis-moi auprès de Toi une maison au Paradis. Sauve-moi de Pharaon et de ses agissements et sauve-moi du peuple injuste. » (Chapitre 66 verset 11).  Allah connaissant la sincéritéAssia, l’épouse  du pharaon Ramsès II est considérée à travers des hadiths comme étant l’une des habitantes du Paradis. Elle mourut Martyre, après que son époux Pharaon lui ait infligé le pire des châtiments. Allah lui montra la maison qui l'attend au Paradis lorsqu’elle sentit la mort toute proche.

La femme du Pharaon  Assia, (qu’Allah soit satisfait d’elle),  du temps du prophète Moïse (PSL)  avait tout d'une reine, c’est-à-dire,  un trône, un palais, elle dormait dans des lits richement décorés et était entourée d'une foule de servants et de valets, tous à son service. Mais elle était croyante et cachait à son mari, sa foi en Allah.   Elle avait envie de rencontrer son Seigneur et rentrer dans la longue liste de ces martyrs qui frappaient déjà aux portes du Paradis. Elle préférait de loin subir ce sort que de supporter plus longtemps la compagnie de son mari, mécréant. Assia fut donc emprisonnée par son époux, mais malgré toutes les intimidations, toutes les menaces que Pharaon proféra, sa foi resta inébranlable et ne faillit à aucun moment.  Assia (Allah soit satisfait d’elle) a observé  depuis ses appartements, son époux infligea une  punition à sa coiffeuse et impuissante de sauver son amie et confidente, elle ne put cependant s'empêcher de maudire son époux. Ce dernier entendit ce qu'elle disait et il comprit aussitôt que sa propre femme était l'une des fidèles de Moussa (Moïse) (Salut de Allah soit sur lui) qu'il pourchassait avec une fureur sans bornes. Comme il ne parvenait pas à faire changer d'avis sa femme, Pharaon condamna sa femme à être écartelée. Pendant qu'on lui faisait subir le supplice, la pieuse femme ne fit que maudire Pharaon et son peuple injuste qui continuait à adorer une créature de Dieu et refusait d'adorer son Créateur. 

Assya martyre

Elle lui avoua alors tout ce qu'elle cachait dans son cœur depuis si longtemps. Pharaon devint furieux et jura de lui infliger le pire des châtiments si elle ne retirait pas ses propos. Elle refusa et il ordonna alors de l'allonger sur une planche en bois, de lui attacher les mains et les pieds avec des piquets en fer et ensuite de la fouetter. On exécuta ses ordres, sous les coups de fouets et sa chair commençait à se détacher de ses os. Son état s'aggravait de minute en minute, mais elle savait que sa pénible souffrance ne serait pas éternelle. Elle sentit alors la mort toute proche et  leva les yeux vers le ciel et dit: "Seigneur, construis-moi auprès toi une maison dans le paradis, et sauve-moi de pharaon et de son œuvre, et sauve-moi des gens injustes." Les portes du ciel s'ouvrirent sur sa requête. « Allah, Exalté soit-il, lui montra la maison qui l'attendait au paradis et  elle sourit à cette image ». Avant de mourir, elle se tourna vers Allah pour adresser une dernière prière  « Seigneur ! Construis-moi auprès de Toi une maison au Paradis. Sauve-moi de Pharaon et de ses agissements et sauve-moi du peuple injuste. » (Chapitre 66 verset 11).  Allah connaissant la sincérité de sa foi, répondit favorablement à sa prière et elle mourut en martyre, devenant ainsi un exemple de foi et d’endurance.

Synthèse de Wakiyatou KOBRE

Sources :

http://www.etudiantmusulman.com

http://www.islam-qa.com/1. islamweb.net 2010 de sa foi, répondit favorablement à sa prière et elle mourut en martyre, devenant ainsi un exemple de foi et d’endurance.

Synthèse de Wakiyatou KOBRE

Sources :

http://www.etudiantmusulman.com

http://www.islam-qa.com/1. islamweb.net 2010 

Page 4 of 18

Vidéo

Nos Partenaires et Associations soeurs

arton50 faib  images  images 1  images 2

Droit musulman

Dogme musulman

Famille musulmane

Spiritualité

Image de doa

 

Lire Plus sur la Spiritualité

You are here: Home